Le décès de M. Jay Roberts

L’honorable Jim Munson : Honorables sénateurs, j’interviens aujourd’hui pour rendre hommage à mon bon ami, Jay roberts, qui est décédé en octobre. Pour les Canadiens il est avant tout le légendaire ailier rapproché des Rough Riders d’Ottawa qui a aidé son équipe à remporter la coupe Grey à deux reprises à la fin des années 1960.

Mon amitié avec Jay remonte aux années 1970, après qu’il eut pris sa retraite du sport professionnel et entrepris sa carrière dans la fonction publique fédérale et son travail avec plusieurs groupes autochtones. Le samedi, nous étions une bande d’amis qui nous réunissions pour jouer au touch-football, puis pour boire une bière ou deux après le match.

Jay était un homme doux et humble. Il aimait rire, avoir du bon temps et s’occuper de sa famille et de ses amis. Son fils, Jed, est né avec une déficience auditive grave qui l’a contraint à porter un appareil acoustique dans chaque oreille. Ces appareils étaient gros et gênants et, en grandissant, Jed se faisait beaucoup taquiner par ses amis.

C’est Jay qui a aidé Jed à passer par-dessus sa douleur et à réaliser ses rêves. Lorsque Jed a décidé de tenter sa chance au football, Jay l’a appuyé sans défaillir jusqu’à ce qu’une remarquable coupe Grey vienne couronner sa carrière avec les Eskimos d’Edmonton. Les noms du père et du fils sont gravés un au-dessus de l’autre sur la coupe, Jay en 1968 et Jed en 1993.

Mon propre fils, Jamie, a dû porter des appareils acoustiques et, lorsqu’il était plus jeune, il me déplaisait de constater qu’il détestait ces appareils. J’ai alors demandé conseil à Jay.

Il a organisé une rencontre entre Jamie, Jed et moi. C’était à Montréal, il y a 12 ou 13 ans, au stade Molson, après une partie entre les Alouettes et les Eskimos. Je me souviens d’avoir traversé le terrain avec mon fils en direction de ce joueur imposant. Jed a enlevé son casque, nous a accueillis avec un sourire puis a tout naturellement mis ses appareils acoustiques en place.

Voir cela a changé la vie de Jamie. Il a alors compris qu’il n’était pas seul et qu’un appareil acoustique n’était qu’un appareil l’aidant à prendre sa place dans le monde. Les choses pouvaient être aussi simples que cela.

La sagesse, l’humilité et la détermination étaient des qualités de mon ami Jay et ces qualités, il les a transmises à son fils Jed.

Jed travaille maintenant dans un foyer de groupe d’Edmonton, où il aide les enfants ayant des problèmes de comportement.

Après des années de lutte contre la démence, les caillots, des problèmes de circulation et, finalement, le cancer du poumon, Jay— ou Hawk, comme nous l’appelions — est décédé, mais sa volonté d’aider les autres persiste. Il est le premier joueur de la Ligue canadienne de football à avoir donné son cerveau et sa moelle épinière à la recherche médicale pour que les médecins puissent étudier les effets des traumatismes crâniens. Son don à la science sert également à sensibiliser aux commotions cérébrales subies en jouant au football, ce qui, j’en suis certain, aidera beaucoup de gens dans l’avenir.

Mon grand et adorable ami me manquera.