Le programme des pages du Sénat

Honorables sénateurs, je prends aujourd’hui la parole pour rendre hommage aux pages du Sénat. J’estime qu’il est important que les Canadiens sachent à quel point ces jeunes hommes et ces jeunes femmes sont extraordinaires. Ils proviennent des quatre coins du pays, de Victoria à Iqaluit, en passant par Beresford, au Nouveau-Brunswick, et Rimouski, au Québec, et ils agissent en véritables ambassadeurs de leur province ou territoire d’origine. N’oublions pas que, en plus des études universitaires qui les occupent déjà à temps plein, ici à Ottawa, ils travaillent tous au moins 500 heures par année au Sénat. Leur travail est loin de se résumer à nous apporter de l’eau. Ils doivent suivre toutes sortes de dossiers et de projets de loi, en plus des journaux, de l’ordre du jour et des débats. Les pages font partie intégrante du processus législatif et des travaux de nos comités.

Combien de fois avons-nous appris qu’un page avait dit du bien de nous dans ses travaux universitaires? J’ai fait une entrevue récemment avec l’un d’eux, qui faisait un travail sur l’autisme, et je dois dire que cela m’a beaucoup plu. Je suis d’ailleurs convaincu que je ne suis pas le premier sénateur à être sollicité de la sorte.

Ils connaissent le sens du mot « reconnaissance ». Pas plus tard qu’hier, cinq pages du Sénat ont chanté à l’occasion du service commémoratif en l’honneur des parlementaires décédés. C’est bien, mais ce n’est pas tout. Les pages donnent aussi dans le caritatif. Leur participation annuelle à la Journée Terry Fox en est un excellent exemple. Ils sont toujours prêts à faire du bénévolat. Si je puis me permettre de parler du nom des sénateurs Cochrane et Mercer, je peux assurer les sénateurs que nous apprécions énormément ce que les pages font pour la Journée nationale de l’enfant, qui a lieu chaque année en novembre.

Bien sûr, il y a eu un incident lors du discours du Trône vendredi dernier. C’est malheureux, mais évitons de remettre en question le dévouement de ces jeunes pages en raison d’un incident isolé.

C’est ma huitième année au Sénat et j’ai toujours considéré les pages comme un groupe de jeunes Canadiens dévoués et déterminés, aux origines diverses, qui s’intéressent vivement au processus démocratique. Certains pages ont tellement aimé leur expérience au Sénat qu’ils ont fini par travailler pour des sénateurs. Christian Dicks travaille pour moi et Chris Reed travaille pour le sénateur Comeau — un libéral et un conservateur.

Aux pages, je dis que leur travail ici n’est qu’une des nombreuses étapes qui jalonneront leur vie. Je sais que je parle au nom de tous les sénateurs lorsque je vous dis que vous pouvez compter sur notre soutien.

Le Sénat du Canada est une institution où le débat a toute sa place, une tribune non pas pour protester, mais pour débattre des questions d’actualité. Les pages jouent un rôle important, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Sénat.

Je crois m’exprimer au nom de tous les sénateurs lorsque je vous dis que nous apprécions votre présence, votre travail et votre amitié. Merci.