L’honorable Tommy Banks, O.C.

Honorables sénateurs, en tant que sénateur d’Ottawa/Canal Rideau — et je suis fier de cette ville qui est maintenant la mienne —, je peux vous dire qu’au-delà de la Colline du Parlement, vous trouverez des beautés naturelles dans une ville qui a beaucoup à offrir sur le plan culturel et artistique. Je suis particulièrement fier du Centre national des Arts et j’ai été heureux de rappeler aux sénateurs que cet établissement célébrait son quarantième anniversaire. Semaine après semaine, les résidants d’Ottawa se pressent au Centre national des Arts pour y jouir des divers concerts, spectacles de danse et pièces de théâtre qu’on y présente.

Il y a eu récemment un spectacle que, je l’espère, aucun sénateur n’a raté. Il s’agissait d’un hommage à l’un des plus grands musiciens canadiens, Oscar Peterson. La personne qui dirigeait l’orchestre était nul autre qu’un de nos collègues, le sénateur Tommy Banks. Il a dirigé, il a joué et il a même fait quelques blagues. Ce fut une merveilleuse soirée, avec des grands du jazz tels Oliver Jones et la chanteuse Ranee Lee. Le public a aussi été charmé par un nouveau
talent, une jeune fille de 15 ans nommée Nikki Yanofsky, qui chantait des chansons d’Ella Fitzgerald comme une professionnelle.

Le public était enchanté. Il y a eu au moins trois ovations. Ce fut un spectacle incomparable.

Sénateur Banks, j’ai appris ces six dernières années à vous respecter pour votre grand sens de l’éthique au travail ainsi que pour vos valeurs et votre intégrité. Je peux maintenant ajouter à cette liste le respect que j’éprouve pour un musicien de jazz hors pair. Félicitations, sénateur Banks. Vous êtes un sénateur, un législateur, un penseur et un jazzman.

Vous avez le rythme dans le sang, sénateur. Ne perdez pas ce don, c’est formidable!