Le Mois de la sensibilisation aux lésions de la moelle épinière – La journée parlementaire en fauteuil roulant

L’honorable Jim Munson : Honorables sénateurs, comme il s’agit d’une journée spéciale, je demande le consentement du Sénat pour faire ma déclaration assis. Je tiens ainsi à rendre hommage aux Canadiens qui utilisent un fauteuil roulant tous les jours.

Son Honneur le Président : Le consentement est-il accordé, honorables sénateurs?

Des voix : D’accord.

Le sénateur Munson : Je vous remercie, honorables sénateurs.

Aujourd’hui, 26 parlementaires prennent part à la sixième journée parlementaire annuelle des fauteuils roulants, organisée chaque année par Lésions médullaires Canada. Se joignent à moi la sénatrice Buth, dans cette enceinte, et les sénateurs Martin et White, en pensée. Pour faire connaître les questions touchant les Canadiens ayant subi des lésions de la moelle épinière, chacun d’entre nous passera la journée en fauteuil roulant. Ce n’est pas facile, surtout sur la Colline du Parlement, où on est en train de construire une véritable forteresse et où l’on trouve une terrible rampe d’accès destinée aux personnes en fauteuil roulant. Je ne sais comment font ce gens pour passer par l’entrée de la rue Elgin : la pente est très raide et difficile. Même pendant les travaux de construction, nous devons apprendre à faire mieux que cela pour les personnes en fauteuil roulant.

La plupart d’entre nous ont du mal à comprendre pleinement les défis que doivent relever les personnes qui ont subi des lésions de la moelle épinière. Je peux dire aux sénateurs que, en fauteuil roulant, il est très difficile de circuler dans la rue, de franchir une porte ou d’emprunter un corridor, ce que nous faisons à pied tous les jours. Cette expérience — qui a lieu depuis quatre ou cinq ans — m’a ouvert les yeux. Je suis persuadé que mes collègues qui participent à cette journée conviendront avec moi que le fait de passer une journée en fauteuil roulant peut s’avérer une expérience stressante et, parfois, constituer une véritable leçon d’humilité. Toutefois, elle est loin de refléter la réalité. En effet, il n’est pas possible de reproduire ce que vivent en réalité les personnes qui ont subi des lésions de la moelle épinière, comme les façons de se déplacer d’un endroit à un autre et de participer à la vie au sein de nos collectivités et de notre société. Au mieux, on traite les personnes qui ne peuvent pas marcher comme des exceptions.

Je tiens à répéter que nous devons nous arrêter à ce qui se passe ici même, à nos portes. Les mesures visant à rendre la Colline du Parlement accessible aux personnes en fauteuil roulant sont tout simplement inacceptables.

J’appuie l’organisme Lésions médullaires Canada, car son action repose sur l’expérience, le savoir et la compassion. Depuis 1945, Lésions médullaires Canada s’efforce d’améliorer la vie des Canadiens qui ont une lésion médullaire ou tout autre problème permanent de mobilité. Aujourd’hui, l’organisme compte plus de 300 employés et 40 bureaux à l’échelle du pays.

L’activité « Des leaders en fauteuil » permet aux Canadiens de voir ce qu’on entend par « accessibilité » et de réfléchir à cette notion. Cet après-midi, il y aura une réception aux environs de 17 heures dans les appartements du Président de l’autre endroit. Je rappelle aux sénateurs que 88 000 Canadiens sont confinés dans leur fauteuil roulant.