Le Mois de sensibilisation à l’autisme

Honorables sénateurs, le mois d’octobre est le Mois de sensibilisation à l’autisme. Cela nous donne une excellente occasion de nous familiariser avec cette maladie et de réfléchir à ses répercussions sur la vie des gens.

Bien que je parle de l’autisme tous les ans pendant cette période, ainsi que le 2 avril, qui marque bien sûr la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, je ne suis pas à court de faits nouveaux à mentionner à ce sujet. Grâce à la détermination d’un grand nombre de personnes, des milliers de gens qui composent la courageuse communauté canadienne de l’autisme, il y a toujours quelque traitement novateur ou quelque découverte révolutionnaire à signaler. Toutefois, nous avons maintenant de nouveaux chiffres incroyables à annoncer. Après 10 ans, le taux national d’autisme est maintenant de 1 sur 68. Il est en train d’atteindre un niveau qu’on peut qualifier de crise dans le domaine de la santé publique.

Au début, mes messages portaient sur les enfants autistes et les personnes qui s’occupaient d’eux. Maintenant, ces enfants sont devenus des adultes, et leurs parents et les autres membres de leur famille ont eux aussi vieilli.

Maintenant que les enfants autistes sont devenus des adultes, la société canadienne a un défi fondamental à relever, à savoir répondre efficacement aux besoins des personnes autistes pendant toute leur vie.

Durant la semaine de relâche, j’ai passé deux jours au Ability Hub, à Calgary, en Alberta. Financé par la fondation de la famille Sinneave, ce centre impressionnant fournit des services à la communauté autiste de l’Alberta. Il y a beaucoup de bonnes choses qui se font en Alberta et au Ability Hub, comme la création d’un programme avant-gardiste de services de données et de logiciels pour les adultes autistes. Ce programme s’appelle Meticulon, et il permet aux adultes atteints d’autisme de trouver un travail valorisant en les jumelant avec un fabricant de logiciels. Il y a aussi un programme d’accès communautaire qui forme les adultes et les jumellent avec des sociétés comme London Drugs, Tim Hortons et Safeway.

Il existe également un autre programme appelé Launch, qui vise à améliorer la qualité de vie et à accroître l’indépendance des adolescents et des adultes atteints de troubles du spectre autistique.

Environ 425 familles ont recours au Ability Hub. Là-bas, on aime parler des pratiques prometteuses. Je regarde ce qui se fait dans ce centre à Calgary, et j’y vois une occasion de faire connaître ces pratiques au reste du pays. Nous nous approchons progressivement de la principale recommandation formulée dans notre rapport sénatorial, Payer maintenant ou payer plus tard, à savoir l’adoption d’une stratégie nationale relative aux troubles du spectre autistique.

À bien des égards, le gouvernement fédéral a relevé le défi en offrant des crédits d’impôt pour personnes handicapées, en adoptant des initiatives de création d’emplois et en établissant des chaires de recherche, mais il y a encore beaucoup à faire. La solution consiste à rassembler tous les intervenants et à s’assurer qu’ils travaillent sur la même longueur d’ondes.

Je prends la parole aujourd’hui pour vous parler d’un garçon de cinq ans que j’ai rencontré la semaine dernière également à Calgary. Il s’appelle Tahir. C’est une organisation pour autistes, la Society for Treatment of Autism, qui s’occupe de lui. Bon sang qu’elle fait du travail remarquable! Tahir était avec un thérapeute du comportement dans une salle sensorielle qui offre un environnement à la fois paisible et stimulant. Tahir a souri et m’a pris la main. Il sautait joyeusement de temps à autre, en communiquant de la seule façon qu’il sait le faire. Il ne parle pas, mais il communique avec son sourire et ses yeux. Tahir ne souriait même pas il y a deux ans.

Grâce au Mois de sensibilisation à l’autisme, j’espère que lorsque Tahir atteindra l’âge adulte, il pourra avoir sa place dans la société, où il pourra s’épanouir, travailler et aimer. Nous, en tant que politiciens, avons l’obligation morale de faire en sorte qu’il puisse avoir cette chance, une étape à la fois.

Cette question nous concerne tous.